Sélectionner une page

Comment se protéger des coups de chaud lors des périodes de fortes chaleurs ?

Un bracelet électronique serait il la solution ?

L’OPPBTP et BTP-PREVOYANCE communiquent (source OPPBTP) : Les deux institutions s’associent avec la start-up japonaise Biodata bank pour développer un bracelet intelligent permettant d’analyser la température corporelle pour éviter les coups de chaleur.

Les périodes caniculaires toujours plus intenses, fréquentes et prolongées, et les importantes variations climatiques impactent directement les métiers du bâtiment et des travaux publics dont de nombreuses activités sont réalisées en extérieur. Les professionnels du BTP sont ainsi de plus en plus exposés au risque de « coup de chaleur », qui correspond à une élévation de la température du corps au-delà de 39° C et constitue une urgence vitale.

La solution de détection développée par Biodata bank, la Heat Warning Watch Canaria™, est un bracelet intelligent permettant d’analyser la température corporelle pour détecter les coups de chaleur dans des cas d’usage très variés. Facile à distribuer, hygiénique et imperméable, le bracelet a vocation à permettre d’alerter simplement l’utilisateur lorsque sa température corporelle augmente d’un degré grâce à un signal luminaux et sonore.

Le partenariat signé entre l’OPPBTP, BTP Prévoyance et Biodata bank a pour objectif d’évaluer la fiabilité et la valeur ajoutée en prévention de ce bracelet intelligent. Pour cela, l’OPPBTP a élaboré un protocole expérimental d’essai dans les conditions réelles d’utilisation, qui a débuté au début au mois de juin. Pendant 3 mois, 850 salariés du BTP vont tester le bracelet en conditions réelles. Au terme de cette période, les salariés testeurs volontaires pourront livrer leurs retours d’expérience sur la solution. Grâce à cette évaluation, l’OPPBTP livrera une évaluation du dispositif reposant sur l’expertise médicale de Dominique Leuxe, médecin conseil national de l’OPPBTP, et l’expertise technique de Mohamed Trabelsi, responsable du domaine EPI au sein de l’OPPBTP.

 

Des méthodes plus traditionnelles

Le coup de chaleur provient d’une élévation de la température du corps. Le moyen le plus simple que je préconise le plus souvent est le thermomètre. Depuis la pandémie les thermomètres sans contact ont remplacé les thermomètres classiques. Il suffit donc de mettre en place une prise de température auprès du personnel qui travaille dans des lieux chauds. Et surtout d’être encore plus vigilant quand la température ne baisse pas la nuit et/ou que la personne prend un médicament ou a un problème particulier (diabète, surpoids, tension, etc).

Dans tous les cas l’employeur doit intervenir

L’obligation du résultat impose à l’employeur de prendre des mesures réelles. De nombreuses astuces simples et accessibles au plus grand nombre permettent d’encourager les comportements qui facilitent l’adaptation aux fortes chaleurs.

L’histoire est très sérieuse

Voici un extrait du rapport de Santé Publique France sur l’été 2019 :
  • L’été 2019 a été marqué par deux canicules très étendues et intenses, avec des dépassements des seuils d’alerte entre le 24 juin et le 7juillet et le 21 et le 27 juillet. Lors de ces deux canicules, pour la première fois, respectivement 4 et 20 départements, représentant 7 % et35% de la population Française métropolitaine, ont été placés en vigilance rouge, comptetenu destempératures diurnes exceptionnelles.
  • Ces deux canicules ont eu des impacts sanitaires pour les populations exposées. Ces impacts concernaient l’ensemble de la population,qu’il s’agisse des plus âgés comme des plus jeunes :1 462 décès en excès (+9,2 %) ont été observés sur les périodes de dépassement des seuils d’alerte pour les départementsconcernés. Si la classe d’âge des plus de 75 ans est la plus touchée, les tranches d’âges 1544 et 6574 le sont également.572 décès en excès ont été observés dans les départements en vigilance rouge. La surmortalité dans ces derniers est environ50 % plus élevée que la moyenne des départements touchés.Ces vagues de chaleur concentrent 49 % des passages aux urgences (> 10 000 passages) et 65 % des consultations SOSmédecin (> 3 500 consultations) de l’été pour l’indicateur sanitaire suivi dans le cadre du PNC (iCanicule, regroupanthyperthermies, déshydratations et hyponatrémies). Les hyperthermies ont particulièrement augmenté durant les vagues dechaleur, touchant l’ensemble des classes d’âge.
  • Dix décès sur le lieu de travail en lien possible avec la chaleur survenus durant les deux canicules ont également été notifiés.
  • La prévention de l’impact de la chaleur doit être anticipée en amont des périodes de canicule et renforcée pendant cellesci. Ces résultatsconfortent la nécessité d’une prévention adaptée à l’ensemble de la population, notamment lors de vigilances rouge canicule.
Ce rapport ne tient pas compte des complications non mortelles et qui n’ont pas données lieu à une consultation médicale et qui n’ont donc pas été déclarées. Beaucoup trop de personnes ignorent les signes du coup de chaleur. La qualité de la vie des personnes touchées peut être gravement altérée.
Prévention Le sens du risque

La température du corps comment ça marche ?

Entrer en contact

Etre rappelé, une question, un commentaire ?

C’est ici. Renseignez le formulaire ci-dessous et cliquez sur envoyer. Nous vous répondrons vite.